COVID - goût et odorat

Le COVID-19 fait apparaître la perte du goût et de l’odorat : cas cliniques et discussions

Par Tianjun Wang

Résumé de l’article :

De plus en plus de preuves indiquent que la perte de l’odorat et du goût sont les principaux symptômes du COVID-19. Cet article traite de l'étiologie, de la pathologie et du mécanisme de la perte de l'odorat et du goût du point de vue de la médecine traditionnelle chinoise (MTC).

Les principaux schémas de médecine chinoise de l’Humidité-Froid et de la Chaleur-Humide avec la Toxine sont décrits, ainsi qu'une explication des principaux Organes impliqués (le Poumons et la Rate), et comment l'esprit et le cerveau peuvent être impliqués. Un cas confirmé de COVID-19 dans lequel le patient a perdu son odorat et son goût est également signalé, y compris les symptômes, l'identification du modèle et le traitement par la phytothérapie chinoise et la digitopression.

Introduction :

Le syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus 2 (SARS-CoV-2) est un virus nouvellement découvert qui provoque la maladie appelée COVID-19.

Depuis son épidémie au début de 2020, plus de 22’324’351 cas et 784’730 décès dans le monde ont été confirmés (en 19 août 2020) . En tant que maladie respiratoire aiguë, les principaux symptômes du COVID-19 sont pseudo-grippaux, y compris une température élevée, une toux et essoufflement.

Spinato et ses collègues ont rapporté dans le Journal de l'American Medical Association le 26 mai 2020 que 64,6% des patients atteints de COVID-19 présentaient une altération de l'odorat ou du goût. Ces symptômes étaient en fait plus prévalants que deux autres symptômes courants - une toux sèche ou productive (60,4%) et de la fièvre (55,5%) .

Une étude antérieure du Royaume-Uni a cherché à savoir si la perte de l'odorat et du goût était spécifique au COVID. 19 sur 2’618’862 personnes ayant utilisé un outil de suivi des symptômes basé sur une application. Parmi les 18’401 sujets ayant subi un test de dépistage du COVID-19, la proportion ayant signalé une perte d'odorat et de goût était plus élevée chez les un résultat de test positif (4’668 personnes sur 7’178 ; 65,03%) que chez celles dont le résultat est négatif (2’436 participants sur 11’223 ; 21,71%). Sur la base de cette étude, au début de juin, l'équipe a publié un article dans The Lancet, dans lequel elle déclarait que la perte d'odorat et de goût avait une capacité prédictive plus élevée pour le COVID-19 que la fièvre ou la toux persistante.

En avril 2020, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ainsi que de nombreux pays de l'Union européenne et les États-Unis, ont ajouté la perte d'odeur et de goût à la liste des principaux symptômes du COVID-19. Plus tard en mai 2020, le gouvernement britannique l'a également ajouté. Peu de temps après, le National Health Service (NHS) du Royaume-Uni a répertorié la perte ou la modification de l'odorat ou du goût comme l'un des trois principaux symptômes du COVID-19, avec une température élevée et une toux récente et continue. Il est intéressant de noter que peu des premiers rapports de Chine mentionnaient des symptômes de perte ou de changement d'odeur et de goût, à l'exception d'une étude qui mentionnait leur prévalence à 5,6% et 5,1% respectivement bien moins que les rapports occidentaux cités ci-dessus. En outre, les directives publiées par la Commission nationale de la santé et l'administration d'État de la médecine traditionnelle chinoise le 3 mars 2020,

`` Protocole de diagnostic et de traitement du COVID-19 (version d'essai 7) '', ne mentionnent pas du tout la perte d'odeur et de goût nécessaire pour enquêter sur ces disparités de prévalence, qui dans certains cas varient d'un facteur d'environ 10.

Compréhension en Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC)

Depuis l'épidémie du nouveau coronavirus en Chine au début de 2020, la compréhension du COVID-19 par les praticiens de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) s'est accrue. Avec la propagation de COVID19 à l'occident, les services de santé publique n'ont pas pu aider efficacement de nombreux patients souffrant de la maladie, et un grand nombre de demandes de renseignements ont été adressées aux praticiens de la médecine

alternative. Par exemple, au cours des quelques mois précédant août 2020, l'auteur (basé à Londres, au Royaume-Uni) a reçu plus de 1000 demandes de renseignements concernant le COVID-19, dont environ 90% provenaient de la communauté chinoise. Jusqu'à présent, l'auteur a traité plus de 100 patients via des consultations en ligne. Parmi eux, neuf étaient des cas confirmés d'infection à coronavirus et plus de 50 étaient hautement suspectés. Lors de la consultation, les patients ont été invités à décrire leurs principaux symptômes, tels que fièvre, fatigue, toux, douleurs musculaires, maux d'estomac ou diarrhée. La plupart des cas rapportaient, à des degrés divers, une perte ou une modification de l'odorat et du goût.

Dans les premiers stades de l'infection par le SRAS-CoV-2, le patient présente généralement un schéma de Froid-Humidité avec Toxine, avec des symptômes de frissons et de fièvre, de fatigue et de douleur corporelle, et présente avec une langue rouge pâle avec un enduit épais et gras.

Certains peuvent présenter un tableau de Chaleur-Humidité, avec des symptômes de fièvre et langue rouge avec enduit jaune et gras. Une perte d'odeur et de goût peut apparaître dans les deux modèles. Les principaux Organes impliqués sont le Poumons et la Rate.

Du point de vue de la MTC, le sens de l'odorat est lié au Poumon et le sens du goût à la Rate.

Les signes et symptômes d'un modèle d'insuffisance pulmonaire sont :

  • l’aversion pour le froid / frissons,

  • une légère fièvre,

  • une toux,

  • des démangeaisons dans la gorge,

  • une perte ou un changement d'odorat,

  • une congestion thoracique,

  • un essoufflement,

  • des douleurs musculaires et des sueurs.

Les signes et symptômes d'un modèle de « Déficience de la Rate » sont :

  • une perte de goût,

  • un manque d'appétit,

  • des nausées, des vomissements,

  • des ballonnements abdominaux,

  • des selles molles ou de la diarrhée,

  • de la fatigue,

  • un rhume général,

  • un corps et des membres lourds

  • et des ecchymoses.

L'odorat peut être considéré comme dépendant de l'esprit et du cerveau, ainsi que du Poumons. Dans son commentaire sur le Huangdi Neijing Suwen 黄帝内经素闻 « Classique de l’Interne de l’Empereur Jaune - Question simples » au Chapitre 81, Wang Bing explique : « Les larmes et la pituite sont le cerveau » (泣涕者脑也). Suwen Chapitre 81, « Discours sur l'explication des subtilités de l'essence » déclare que « l’orifice du nez communique avec le cerveau » (鼻窍通于脑) . De même, Li Shi Zhen déclare dans le Bencao Gangmu 本草纲目 (Compendium de Materia Medica) que, « Le nez traverse le ciel ; le ciel est la tête »(鼻气通于天; 天者头也). L’idée est encore plus clairement énoncée par Qin Ren Wang dans le chapitre « Cerveau et moelle » du Yilin Gaicuo « Correction des erreurs dans la forêt de la médecine » : « Le nez est connecté avec le cerveau. Les objets de l'odorat sont attribués au cerveau » (鼻通于脑,所闻香臭归于脑). L'importance de ceci est que dans de nombreux cas, il semble que le cerveau soit directement affecté par le COVID-19, de nombreux patients rapportant des symptômes de manque de concentration, de mauvaise mémoire et d'insomnie, ainsi que d'une perte d'odorat et de goût. Ce dernier peut être grave et durer souvent plus longtemps que le rétablissement général du patient après d’autres symptômes de la maladie.

Cas clinique :

Le 9 mars 2020, le patient a commencé à ressentir de la fièvre, une toux sèche et une perte de concentration. Sa température fluctuait initialement, puis augmentait entre 39 et 40 °C. Le 18 mars, une ambulance l’a emmené dans un hôpital du NHS à Londres. Le lendemain, il a été renvoyé chez lui après avoir été testé positif au COVID-19, sans traitement sauf le paracétamol. J'ai été contacté par la famille du patient, puis le patient lui même le 22 mars. Il a encore signalé une fièvre, avec une température de 38 à 39 °C. Il a rapporté qu'il avait perdu son odorat normal mais qu'il pouvait souvent sentir quelque chose qui n'était pas là. Il n'avait aucun blocage nasal. Son sens du goût était également altéré. D'autres symptômes comprenaient une toux avec des expectorations légèrement teintées de sang, de la fatigue, des étourdissements et un manque d'appétit. Sa langue était rouge pâle avec une épaisse couche blanche et grasse.

Le tableau clinique était « Froid-Humidité envahissant la Rate et le Poumon et avec une Toxine perverse ». Les principes du traitement étaient :

  1. nourrir la Rate,

  2. disperser le QI du Poumon,

  3. éliminer le Froid et l’Humidité,

  4. dissiper la Toxine.

La formule de pharmacopée était basée sur Jing Fang Bai Du San « Poudre de schizonepeta et de saposhnikovia pour vaincre les influences pathogènes » + Wu Ling San « poudre à cinq ingrédients avec Poria »,

comme suit :

Explication :

JING JIE, FANG FENG, QIANG HUO et CHAI HU —> dissipent le Vent-Froid ; Ensembles avec DU HUO —> dissipent l’Humidité et la Toxine. QIAN HU et JIE GENG —> dispersent le QI du Poumon. FU LING, ZHU LING et ZE XIE —> drainent l’Humidité.

BAI ZHU, FU LING et GAN CAO —> fortifient la Rate. La digitopression a également été suggérée à Lieque P 7, Yuji P 10, Yingxiang GI 20 et l'acupuncture du cuir chevelu sur la zone Zone nez-gorge-bouche-langue, qui longe la ligne médiane du front, de deux centimètres supérieurs à deux centimètres inférieurs à la racine des cheveux antérieure (voir la figure ci-dessous). Le patient a été invité à appuyer, masser ou tapoter légèrement la zone avec les doigts.

Il prit les herbes et pratiqua l'acupression pendant 4 semaines, période pendant laquelle sa santé générale, son odorat et son goût s'améliorèrent lentement. En avril, il s'était complètement rétabli.

Discussion :

L'infection par un nouveau coronavirus est une nouvelle maladie, non seulement pour la médecine traditionnelle chinoise mais aussi pour la médecine occidentale. Pour cette raison, en tant que praticiens médicaux, nous devons observer et étudier attentivement ses manifestations cliniques et nous efforcer de comprendre son étiologie et sa pathologie. Bien que les pertes d'odorat et de goût n'aient pas été signalées dans les premières études sur la maladie, elles ont été remarquées dans les pays occidentaux et signalées plus tard en mars 2020. Au début de mes consultations en ligne, je me suis également concentré sur les symptômes classiques des maladies infectieuses telles que la fièvre , frissons, fatigue, toux, problèmes respiratoires et courbatures. Ce n'est qu'à partir de la mi-mars que certains patients ont commencé à mentionner qu'ils avaient subi un changement d'odeur et de goût, et j'ai réalisé que cela pouvait être lié à l'infection. Lorsque j'ai commencé à concentrer mes recherches sur le changement d'odeur et de goût, je l'ai trouvé fréquemment chez de nombreux patients. Avec plus de preuves de patients et de documents publiés, j'ai commencé à promouvoir cette découverte dans notre profession, via les médias sociaux, des séminaires en ligne et des conférences. Je suis heureux de voir que la perte d'odeur et de goût a maintenant été répertoriée dans les recommandations de la plupart des pays, y compris au Royaume-Uni où elle est répertoriée comme l'un des trois principaux symptômes typiques du COVID-19.

La médecine traditionnelle chinoise, intégrant la phytothérapie chinoise, l'acupuncture et la digitopression, peut jouer un rôle important dans le traitement des symptômes liés au COVID-19. Même si les praticiens ne sont pas en mesure de traiter les patients confirmés et suspects en personne, ils peuvent fournir des consultations en ligne, de la phytothérapie et une digitopression guidée.

Dr Tianjun Wang, PhD. MBAcC, FMATCM, FHEA, est diplômé de l'Université de médecine chinoise de Nanjing (NJUCM) en 1989 et a travaillé comme médecin et acupuncteur dans un hôpital de la MTC en Chine pendant 18 ans. Le Dr Wang a terminé son doctorat au NJUCM sur l'acupuncture pour la dépression. Il a déménagé au Royaume-Uni et a rejoint l'Université d'East London en tant que maître de conférences et directeur de clinique d'acupuncture de 2007 à 2014, et reste professeur invité au NJUCM. Le Dr Wang a été directeur du cours d'acupuncture et maître de conférences au College of Naturopathic Medicine de 2015 à 2017. Il est actuellement directeur du cours de doctorat au UK Center of NJUCM et au Shulan College of Chinese Medicine (Royaume-Uni), vice-président du Scalp Comité d'acupuncture de la Fédération mondiale des sociétés de médecine chinoise et fondateur de l'Institute of Scalp Acupuncture UK. Il est propriétaire de la TJ Acupuncture Clinic (www.tjacupuncture.co.uk) et du Brain Care Centre à Londres. Le Dr Wang est l'auteur et le co-auteur de plus de 50 articles et agit en tant que critique par les pairs pour de nombreuses revues internationales.

Son livre Acupuncture for the Brain: Treatment for Neurological and Psychological Disorders a été publié par Springer en octobre 2020. Il peut être contacté à info@tjacupuncture.co.uk.


Posts à l'affiche
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • Instagram - Black Circle
  • Facebook - Black Circle

Zen Garden - Serge Romanato - thérapeute agréé ASCA & RME / Rue François-Meunier 9 - 1227 Carouge / 079 935 42 83

Copyrights